Interview d’un bateau qui veut faire partager son amour du Bassin d’Arcachon vous offrir un vrai moment de bonheur entre Arcachon et le Cap Ferret.

Pyla Yachting : Voilà le début de l’été, à quoi pense un aussi joli bateau dont la vocation est de naviguer sur le bassin entre Arcachon et le Cap ferret ?

Le Bateau : Merci de dire que je suis un joli bateau, c’est vrai je suis spacieux et bien équipé. Je suis fier d’être le fruit de la création d’un architecte de renom, Ézéquiel Cano Lanza. On m’a dit qu’il s’était inspiré des bateaux traditionnels et typiques de l’Italie. J’ai entendu des personnes montées à bord dire que j’étais élégant, ajoute-il, en rougissant.
De plus Nicolas Neyraud et Maxime Caubit, mes skippers, m’ont chouchouté cet hiver pour me rendre encore plus confortable pour les bons moments de convivialité. Selon le climat, si généreux, du bassin d’Arcachon, la table est convertible en bain de soleil ou une toile d’ombrage.
Mais j’arrête de parler de moi et je réponds à votre question. Ce à quoi je pense, c’est à vous, vous qui allez venir vous ressourcer dans ce lieu magique qu’est le bassin d’Arcachon. Je voudrais que vous puissiez le découvrir depuis la mer, il y a tant à  voir… Et j’ajouterais même, il y a tant à déguster, car le génie de mes skippers c’est d’avoir su décliner navigation, découverte, convivialité et gastronomie.
En fait, sur l’eau, à bord pour une balade sur un bateau, ce que je peux vous offrir c’est du bonheur. C’est l’objectif que je partage avec Nicolas et Maxime, mes skippers si  sympas.

Balade sur le Bisou Bisou
Repas à bord du bateau

Pyla Yachting : Comment faire du Bassin d’Arcachon le Bassin du bonheur ?

Le Bateau : C’est  facile car  le Bassin d’Arcachon apporte, naturellement, un bonheur bien particulier. Pour moi cela commence par la découverte de sites magiques : la dune du Pyla, Arcachon, l’Ile aux Oiseaux, le Banc d’Arguin, la presqu’île du cap Ferret, Arcachon…
Certains de mes passagers ont envie de tout savoir sur le paysage qui nous entoure, les fameuses cabanes tchanquées, ou sur l’activité ostréïcole qui fait la fierté du bassin. Maxime est un spécialiste, depuis cinq générations, sa famille produit de délicieuses huîtres à la Teste.
Pour d’autres, en longeant le bassin depuis Grand Piquey, Pirallian, le Canon, l’Herbe, la Vigne vers le Cap ferret, c’est la découverte des villas qui va les enchanter. Elles sont si différentes, si diverses, si belles, si originales. Moi aussi j’ai mes préférées. Certaines évoquent des personnalités ou  des « people » bien connus qui y ont résidé ou y résident encore .
D’autres hôtes voudront découvrir la flore, la faune, l’activité ostréïcole ou le paysage  tout au long de la presqu’ile du Cap Ferret.
Il faut aussi penser aux actifs qui voudront que je fasse une petite halte au pied de la fameuse dune du Pyla. Une demi-heure pour grimper, découvrir un site exceptionnel avec vue sur le bassin et la plus grande forêt de France, celle des landes. Ensuite, la baignade s’impose. Pourquoi pas au banc d’Arguin ?

Pyla Yachting  :  Comment un bateau peut-il apporter du bonheur sur le Bassin d’Arcachon ?

Le bateau : Moi, en tant que bateau, mon rôle c’est que bonheur rime avec navigation. Les plages du Bassin sont magnifiques mais le Bassin sur l’eau, comme aime à le  fredonner  Maxime,  c’est  «  le  bonheur de glisser sur l’onde ».
Il s’inspire d’une chanson que je l’ai entendu plusieurs fois chanter : un véritable hymne au Bassin qu’interprétait dans les années 1970 Pierre Lottier, originaire  comme lui de La Teste, sur l’air de la Madelon, cette chanson si chère aux poilus en 1914. « Oui ! le Bassin est sans rival au monde  ! Quand on le voit, on oublie ses chagrins. Vive le Bassin ! ». Peut-être, Maxime et Nicola devraient ils apprendre ce refrain à tous ceux qui montent à bord. C’est vrai que sur l’eau, entre l’Ile aux oiseaux ou face à la dune du Pyla, on se détend, on se déstresse, je suis fier d’y contribuer et heureux chaque fois que  j’entends un passager le dire.

Pyla Yachting  :  Bonheur, cela rime aussi avec convivialité et dégustation, comment est-ce possible à ton bord ?

Le bateau : Pour mes skippers, Nicolas et Maxime, convivialité doit rimer aussi avec dégustation. Il faut dire que l’environnement du Bassin d’Arcachon est plus que propice. Je peux en témoigner facilement lorsque je vois tous ces produits du terroir, succulents, chargés à bord. Les formules proposées sont adaptées à tous les budgets.
Les douzaines de  passagers qui m’honorent de leur présence font régulièrement honneur à des douzaines d’huîtres du Bassin. Ce sont les meilleures, car on est un peu chauvin sur le Bassin. Pour mieux les déguster ou simplement pour commencer une balade en soirée, Nicolas vous proposera un verre de vin. C’est lui qui les a sélectionnés. À en croire les  convives, je regrette que mon moteur ne fonctionne pas encore au blanc, au rosé ou au champagne. Cela viendra peut-être un jour. Mais, je sais que ces vins sont à consommer avec modération.
À vrai dire, j’aurais peut-être une petite préférence pour un Pessac-Léognan qui accompagne si bien, à ce que j’entends, une dégustation d’huîtres du banc d’Arguin, venant tout droit de la Cabane du Paliquey. Le bonheur à mon bord est aussi garanti par les skippers des papilles que sont les jeunes chefs Aurélien Mallia et Florent Chicard. Comme le dit Aurélien, ce qui me fait chaque fois rougir quand je l’entends, un repas concocté et servi par un chef à bord, c’est la garantie de rendre les hôtes heureux, surtout sur un bateau bien équipé et confortable. Il propose des plats à partager, pour favoriser la convivialité à bord, mais aussi des paniers pique-niques. Ce rochelais d’origine, qui a fait ses premières armes au Canada avant de s’installer sur le Bassin d’Arcachon, offre une cuisine imaginative composée des produits disponibles selon la saison. Avec Aurélien, à ce que l’on m’a dit, on déguste une cuisine qui associe gastronomie classique et spontanéité.
Pour Florent, l’objectif c’est de « s’encanailler » au sens noble du terme, sur un  bateau à l’esprit authentique, aux matériaux nobles, entre la dune du Pyla, le banc d’Arguin, la pointe du Cap ferret et l’Ile aux oiseaux. J’aime bien cette idée et j’aime bien y contribuer en naviguant. Selon les souhaits des convives, il choisira un itinéraire, un menu et les vins. Il tiendra compte des goûts, des contraintes alimentaires éventuelles. J’ajouterais volontiers, il faudra aussi jouer avec les marées. En fonction des saisons, il choisira les produits frais disponibles… peut-être des poissons, des crustacés du port d’Arcachon et pourquoi pas du caviar d’Aquitaine ? Florent, poitevin d’origine, bordelais d’adoption, vous propose, à ce que l’on m’a dit, une cuisine de fraicheur avec des formules très  diverses.

Pyla Yachting :  Qu’as-tu envie de dire à toutes celles et ceux qui montent à bord  avant qu’ils débarquent ?

Le Bateau : À tous, je n’ai qu’une seule envie, c’est de les revoir très vite sur le Bassin d’Arcachon et bien sûr à bord.
J’ai été témoin de tellement de bons moments concoctés par Nicolas et Maxime. Qu’il s’agisse de détente, d’anniversaires ou de business, ce dont je peux témoigner, c’est que je n’ai vu et entendu que des gens heureux à mon bord : des couples, des familles, des ami(e)s qui se retrouvent. Des dirigeants, des équipes professionnelles, des collègues qui échangent lors de repas d’affaires.
Quand ils débarquent, j’ai toujours envie de leur dire ces deux petits mots que l’on échange comme une marque d’affection, une invitation à se retrouver bientôt  : «  Bisous, Bisous ». Une expression désormais inscrite sur  la poupe du bateau, car c’est désormais mon nom.